Washington Post : a librarian's lament: books are a hard sell

Dans cette colonne du Washington Post, un bibliothécaire d’école se plaint de la transformation du métier de bibliothécaire et du désintérêt des jeunes pour la lecture. Pour lui, les bibliothécaires sont de moins en moins des amoureux et des spécialistes du livre et de plus en plus des techniciens et gestionnaires d’information. Sur ce point, la situation belge est encore inverse. Parmi les étudiants de bibliothéconomie que j’ai rencontré, j’ai plus souvent vu des amoureux de la lecture que des techniciens. Par contre j’avoue que cela dépends des écoles de bibliothécaires. Certaines (comme Infodoc à l’ULB par exemple), se concentrent plus sur l’informatique et produit des bibliothécaires plus orientés technique mais l’impulsion de base pour ces études reste souvent le livre. Quand au désintérêt des jeunes pour la lecture, je ne travaille pas depuis assez longtemps en bibliothèque pour juger un changement, mais je peux vous affirmer qu’à tous les âges, de toutes cultures et origines, les gens lisent, et ils aiment ça.
(Merci Colin)

5 commentaire

  1. 28/01/2007Berlingotte says:

    C’est marrant, moi ça serait plutôt le contraire
    J’ai toujours aimé lire, les livres sont mes amis, et j’ai longtemps cherché un métier, sinon dans l’édition, du moins en rapport avec les livres. Finalement je vais commencé des études pour devenir soit documentaliste, sois bibliothécaire, mais ce que je n’aime pas trop, c’est justement ce côté gestion d’information. Si je pouvais l’éviter, et juste travailler totalement comme une “amoureuse des livres”, ça serait parfait.
    Quand au désinterête des jeunes pour la lecture, je suis peut-être un cas à part, parce que j’ai passé mon enfance, mon adolescence (et ça continue) à dévorer des livres, mais je ne pense pas que les jeunes se désinterressent des livres (surtout au niveau du phénomène Harry Potter). Ils s’y interrêssent forcément moins que les générations passées, mais est-ce que les générations passées s’interressent autant qu’eux à internet, par exemple???

  2. 29/01/2007François says:

    Salut Berlingotte,
    Il est vrai que la partie gestion d’informations est indissociable du métier de bibliothécaire documentaliste. Ceci même si ce côté varie d’une école de bibliothécaire à l’autre. Pour ma part c’est parfait car j’aime autant les livres que la gestion et diffusion d’information.
    Tu n’a jamais essayé de travailler en librairie, ce serait parfait pour toi ?

  3. 28/03/2007Nadia says:

    J’aime beaucoup ce côté gestion de l’information mais il m’arrive de me sentir noyée par cet aspect au détriment de l’autre…

  4. 29/03/2007François says:

    Je peux comprendre Nadia. Tu es dans la partie informatique et gestion de l’information toute la journée. Une petite cure de séance de prêt et de lectures aux enfants peut-être 😉

  5. 10/07/2008AOUDIA Lounis says:

    Je suis bibliothécaire de formtion.Je m’intersse à l’impact des Tic sur les bibliothèques c’est-à-dire, à tout ce qui est lié au changement organisationnel dans les bibliothèques.Pouvez-vous m’orienter à retrouver des travaux de recherche dans cet axe de recherche.
    Merci d’avance et à très bientôt!

Ecrire un commentaire:

%d bloggers like this: