lectures

Je m’étais dis, avec beaucoup de confiance, qu’après chaque livre que j’aurais lu, j’allais poster une petite critique sur GG. Bien entendu c’était un vœu pieu et je me suis retrouvé aspiré dans un vortex de boulot, d’examens et d’absence de mises à jour sur le site. Je rattrape donc mon retard et voici, en vrac, mes dernières lectures :

    Les cavaliers de la pyramide de Serge Brussolo. Il me faudrait bien quelques pages pour parler de Brussolo. Entre lui et moi c’est une vieille histoire de couple. Je le lis depuis plus de quinze ans, avec des hauts et des bas. Brussolo est veritablement un genre à lui tout seul. Il a commencé il y a des années en écrivant des romans de science fiction au fleuve noir, chez Denoël dans la collection présence du futur et chez Gérard de Villiers. C’est la période que je préfère chez lui. Il avait une capacité de production assez incroyable et écrivait un roman quasi tous les deux mois. Le seul problème est qu’il lui arrivait de se rendre compte qu’il était arrivé au bout de son nombre de pages prescrits et il terminait ses histoires en vitesse et en nœud de boudin. Mais dans l’ensemble, il était incroyablement inventif. Ses meilleurs textes proviennent de cette période et il m’arrive de relire certaines de ses perles de cette époque.
    Par la suite, il s’est écarté de la science fiction pour écrire des romans historiques et des thrillers. Ses débuts dans ces genres étaient prometteurs avec des titres comme 3, place de Byzance et sa suite la maison de l’aigle ou le sourire noir. Mais ensuite, malgré que j’aie continué à le suivre, j’aimais moins ses histoires.
    Tout le monde n’est pas de mon avis et certains aiment beaucoup ses derniers romans. C’est peut être une question de goûts ou une lassitude de ma part pour les vieilles recettes et trames narratives de Brussolo. En tout cas, il m’est arrivé plusieurs fois de lire une dizaine de pages de ses derniers romans et de laisser tomber.
    Par contre, ce dernier titre est bien sympa et on y retrouve du Brussolo délirant de ses débuts. Une bonne surprise donc.
    Le château de Franz Kafka. Un classique que je n’avais pas lu. En fin de compte je préfère le procès. On sent que cette œuvre-ci est encore un peu trop inachevée. Kafka ne l’a d’ailleurs jamais terminé. Par contre, je sais que ses œuvres parlent plus de la vie que des administrations qu’il décrit, mais je ne peux m’empêcher de faire la comparaison avec ma situation professionnelle. La vie dans les bibliothèques publiques, ou du moins le chemin pour y rentrer, dépend souvent d’une administration aux décisions assez kafkaïenne…
    Histoire du livre, tome 2 : Le triomphe de l’édition de Bruno Blasselle. Un petit ouvrage documentaire de l’excellente collection Découvertes de Gallimard. Comme la plupart de mes lectures, il vient d’une bibliothèque mais je crois que je vais l’acheter un de ces jours. Je suis en train de me mettre en place un petit fonds de référence sur les livres et bibliothèque.
    Enfin, pour l’instant, je suis en train de lire un recueil de nouvelles de Faulkner, et je vous dirais quoi quand je l’aurais terminé…

Pas de commentaire

Ecrire un commentaire: