congé

Une petite journée de congé ne va pas me faire de mal. Une bonne grasse matinée, du craquelin au petit déjeuner, un peu d’Internet, de la lecture dans le jardin sous le prunier et je vais ensuite aller faire un tour sur la braderie qui s’est installée dans ma rue. Accessoirement je dois aussi bosser pour mes examens qui viennent de commencer, mais je trouverais bien un moment pour m’en occuper.
Si vous êtes sur le net, voici quelques petites choses à aller voir :

    Si vous êtes fans des shows de Comedy Central, j’ai découvert que la plupart sont accessibles sur leur site en format WMV ou RP.
    Une bande de pranksters new-yorkais ont décidé de transformer une œuvre d’art cubique de l’East Village en Rubiks Cube. Voici le récit de leurs aventures.
    Si vous êtes fan de Leica, ce japonais s’est lancé dans le business de laquer ce type d’appareils photos. Merci Christoph.
    De l’action, de l’intrigue, des moumoutes, un rythme effréné : voici une review des jeux basés sur le héros de vos après-midis télévisuels : l’inégalable Stefan Derrick. Merci Colin.
    Enfin, une nouvelle certainement traumatisante pour les chanteurs de death métal qui se le sont tatoués sur le front, les satanistes et les réalisateurs de films d’horreurs sur le retour de l’antéchrist. Ce n’étais pas 666 les gars, mais 616. Vous parlez d’un mythe qui s’écroule !

Tony Hillerman

Hillerman
Je viens de terminer de lire Dieu qui parle de Tony Hillerman. Hillerman est l’un de ces auteurs dont je lis les ouvrages depuis plus de 15 ans. Il écrit des polars contemporains qui se déroulent dans la réserve Navajo qui s étend entre l’Arizona, l’Utah et le Nouveau Mexique. On y suit les enquêtes du lieutenant Joe Leaphorn et de Jim Chee de la police tribale Navajo. Leaphorn est le protagoniste des premiers romans de Hillerman tandis que Chee apparaît un peu plus tard. Le premier est un policier pragmatique qui respecte les coutumes Navajo, mais n’y voit que des coutumes. Le second est plus jeune et beaucoup plus religieux, parallèlement à son métier de policier, il étudie pour devenir shaman.
L’aspect passionnant de ces romans est que l’on découvre un univers qui nous est souvent inconnu (à moins d’être anthropologue). J’avoue que 95 % de ce que je sais des indiens Navajo, Hopis ou Zuni, je les connais grâce aux romans de Hillerman. Les traditions, la religion, et les cérémonies des indiens de la réserve sont souvent très présent dans ses romans et font partie intégrante de l’histoire. L’alchimie entre les personnages, les histoires et cet univers donne un résultat qui vaut vraiment la peine d’être découvert.
Les livres de Hillerman sont disponibles en français chez Rivages/Noir. Allez jeter un coup d’œil à ce site de fan (en français) pour plus de détails sur l’auteur et son univers, ainsi que pour voir dans quel ordre lire ses romans (toujours mieux pour suivre l’évolution des personnages).
Dernier détail : Hillerman est une star sur la réserve, il y a grandis et a été officiellement reconnu « ami des indiens ». De plus, Myriam, une collègue de la bibliothèque de Jette m’a raconté que l’on trouve ses romans partout dans la réserve, jusque dans la moindre station service où ils remplacent avantageusement les habituels Tom Clancy…

Bolle boeken-books

Je suis tombé sur le site de cette librairie bruxelloise que je ne connaissais pas et j’aime beaucoup ce qu’ils proposent. Les bouquins présentés m’ont vraiment l’air intéressants et la présentation du site est très jolie. On dirait juste qu’ils se sont un peu trop inspirés du design des critiques de livres sur le site de Jason Kottke.
Je sens que je vais aller leur faire une petite visite un de ces jours…