Fear and Loathing, Campaign 2004

J’ai une grande théorie concernant la situation actuelle aux Etats-Unis. Nous sommes en fait en train de vivre un gigantesque revival des années 60′-70’. Il a été initié par les créateurs de mode, a ensuite touché le show-business et enfin a contaminé la société américaine toute entière. Une expérience diabolique menée par les créateurs de tendance, et qui aurait mal tournée.
Nous avons donc Bush dans le rôle de Nixon et l’Irak qui remplace le Vietnam (en très édulcoré). Grâce à internet, les activistes américains ne se sont jamais autant fait entendre. Et les attitudes de porno star, metrosexuality et autres imbécillités du genre ont remplacé l’amour libre.
Tout ça pour dire que même Hunter S. Thompson est de retour avec une diatribe au vitriol digne de la grande époque dans Rolling Stone.
Nous vivons en des temps intéressants, comme disait l’autre.

1 commentaire

  1. 23/10/2004Rocket says:

    “attitude de porno star” … tout a fait d’accord, il suffit de checker de temps en temps les clips qui passent sur MTV. Les communs denominateurs systematiques etant: plethore de gonzesse ultra pulpeuses plus ou moins denudees ou plus ou moins emballees et provocantes – genre danseuse de peep show mais sans la scene et la barre verticale – qui se dandinnent et se tripottent lascivement en fixant la camera. Le tout emballe de jets de poignees de billets de banque (quand ils ne pleuvent pas carrement – si si, observe dil y a peu), de grosses bagnolles qui pourraient meme pastourner dans nos rues, de fringues Armani (et autrees) et (pour couronner le tout) bagouzes en or a foison qu’on se demande comment ils font pour se gratter les couilles sans s’arracher tous les poils.

    Bref tous les ingredients d’un bon film de cul bien naze se deroulant dans une pseudo jet-set americano-americaine de nouveaux riches cons comme des manches amoureux du fric, des bimbos ecoeurantes et de l’ultra kitsch monumentaliste a vomir typique des gens qui n’ont aucun gout si ce n’est celui du dollar.

    Je conchie l’Amerique et les Americains et surtout leur omnipotent “roi dollar”.

    Na !

    Rocket.

Ecrire un commentaire:

%d bloggers like this: