Tony Hillerman

Hillerman
Je viens de terminer de lire Dieu qui parle de Tony Hillerman. Hillerman est l’un de ces auteurs dont je lis les ouvrages depuis plus de 15 ans. Il écrit des polars contemporains qui se déroulent dans la réserve Navajo qui s étend entre l’Arizona, l’Utah et le Nouveau Mexique. On y suit les enquêtes du lieutenant Joe Leaphorn et de Jim Chee de la police tribale Navajo. Leaphorn est le protagoniste des premiers romans de Hillerman tandis que Chee apparaît un peu plus tard. Le premier est un policier pragmatique qui respecte les coutumes Navajo, mais n’y voit que des coutumes. Le second est plus jeune et beaucoup plus religieux, parallèlement à son métier de policier, il étudie pour devenir shaman.
L’aspect passionnant de ces romans est que l’on découvre un univers qui nous est souvent inconnu (à moins d’être anthropologue). J’avoue que 95 % de ce que je sais des indiens Navajo, Hopis ou Zuni, je les connais grâce aux romans de Hillerman. Les traditions, la religion, et les cérémonies des indiens de la réserve sont souvent très présent dans ses romans et font partie intégrante de l’histoire. L’alchimie entre les personnages, les histoires et cet univers donne un résultat qui vaut vraiment la peine d’être découvert.
Les livres de Hillerman sont disponibles en français chez Rivages/Noir. Allez jeter un coup d’œil à ce site de fan (en français) pour plus de détails sur l’auteur et son univers, ainsi que pour voir dans quel ordre lire ses romans (toujours mieux pour suivre l’évolution des personnages).
Dernier détail : Hillerman est une star sur la réserve, il y a grandis et a été officiellement reconnu « ami des indiens ». De plus, Myriam, une collègue de la bibliothèque de Jette m’a raconté que l’on trouve ses romans partout dans la réserve, jusque dans la moindre station service où ils remplacent avantageusement les habituels Tom Clancy…

6 commentaire

  1. 27/05/2005Bondil says:

    Salut

    Heureux que tu aimes les romans de Tony. Je passe juste sur ton site car j’étais en train de lui écrire pour le prochain, “Skeleton Man”.

    Bonens lectures et amitiés

    Pierre

  2. 11/12/2005Ta'baa'ah says:

    Nope, il n’est pas une star chez les navajos, il est une star chez les touristes qui traversent navajoland et pour une partie des navajos, en général la couche superieure de la société, ceux qui siegent au conseil tribal, et encore, ceux de l’epoque du President Peterson Zah et avant. Maintenant pas trop.
    Hillerman est interessant et meme passionnant, mais il reste controversé, faut pas croire tout ce que les journaux racontent :).
    Il n’y vit pas, il vit au nouveau mexique en dehors de la rez, et il n’y a jamais vecu ni grandi..par contre il est en effet membre honoraire de la nation Navajo.

  3. 11/12/2005François says:

    Merci pour la clarification.
    Il est vrai que je n’ai que très peu d’informations sur la perception de Hillerman chez les Navajos…

  4. 11/12/2005Ta'baa'ah says:

    Ben c’est special. Quand on parle de Hillerman a un navajo le plus souvent c’est un sourire en coin avec un ” dont talk about him, he doesnt know nothing about us” Ce qui est evidemment faux, Hillerman en connait plus que la plupart des blancs sur les navajos, mais les navajos aiment a penser que personne ne peut arriver à les connaitre autant ou plus qu’eux meme se connaissent.
    Il n’y a aucune erreur, aucun anachronisme, aucun comportment ou observation deplacées dans les livres de Hillerman. IL est juste, et c’est peut etre ce qui derange une partie des gens de Navajoland. C’est un peu le meme reflexe protectionniste, regionaliste, voir raciste de certains, qu’on retrouve ici. En plus je parle de gens qui sont mes ais car la majorité de mes amis navajos parlent de Hillerman plutot comme ca qu’en bien lol!
    Le pb vient de l’ecriture: On parle de culture orale retransmise a travers une fiction, par ecrit, et par un Belacana, ce qui fait beaucoup pour un Dineh.. Quand on connait vraiment les choses de l’interieur on en parle pas de peur de ne pas dire les choses justes. et plus on connait moins on en parle, donc si il en parle c’est qu’il n’a pas encore franchi cette etat invisible de conscience ou l’on se dit que plus on croit en savoir et moins on en connait, et que du coup vaut mieux fermer sa gueule.
    Je comprends pourquoi il est pas trop aimé. Ca s’apparente pour beaucoup a du pillage culturel mal retranscrit. C’est pareil quand on essaie d’adapter Le seigneur des anneaux au cinema, aux grand dam des lecteurs assidus de Tolkien et pour le plaisir de tous les autres..
    Moi je trouve qu’il fait preuve d’une assez grande humilité dans ces livres, ne mettant pas en avant ce qu’il connait, non pas comme un ethno a deux balles qui croit tout savoir, mais juste comme un poete.

  5. 27/10/2008Philippe says:

    Tony est decede hier a l’age de 83ans. J;ai commence a lire ses romans quand j’habitais dans le Colorado et que je voyagais de maniere ewxtensive dans les Rocheuses et le Southwest. Il sera manque.
    http://gadeyne-us.spaces.live.com/
    http://www.youtube.com/pgadeyne

  6. 30/10/2008François says:

    Je découvre ici cette mauvaise nouvelle. Cela fait quelque temps que je n’aie plu lu un de ses romans, je vais y remédier…

Ecrire un commentaire:

%d bloggers like this: