Le livre de sable de Jorge Luis Borges

J’ai découvert Borges de manière détournée, via un film, death and the compass, tiré de l’une des ses histoires. J’ai vu ce film il y a environ dix ans au festival du film fantastique et j’ai voulu découvrir l’auteur.
Borges est un érudit et cela se ressent au travers de ses textes. Son fantastique tient plus de la métaphysique et ses histoires sont trufées de références littéraires, artistiques ou historiques. L’une des nouvelles qui composent le livre de sable est même un hommage avoué à Lovecraft. Ses origines sont également au cœur de son œuvre. L’argentine et Buenos Aires transparaissent en filigrane dans la plupart de ses histoires.
De toute manière, comment ne pas aimer du fantastique intelligent écrit par l’ancien directeur de la bibliothèque Nationale de Buenos Aires…

4 commentaire

  1. 22/06/2005Dimitri says:

    La bibliothèque nationale de Buenos Aires est un bâtiment très intriguant. Borges ne l’a jamais vu terminé, mais il était responsable de sa conception. La construction de l’édifice se termina 19 ans après sa mort et 21 ans après la première pierre. Il y a des histoires qui racontent que l’ancienne bibliothèque de Buenos Aires avait dans son sous sol des couloirs perdus et que l’on est même pas certain d’avoir tout transporté dans la nouvelle bibliothèque.
    http://www.bibnal.edu.ar/paginas/fotosbn.htm

  2. 22/06/2005François says:

    La relation entre Borges et la bibliothèque nationale est elle-même assez étrange. Comme son prédécesseur à la tête de la bibliothèque, Borges était devenu aveugle au moment de cette nomination. Il a d’ailleurs écrit :

    Nadie rebaje a lágrima o reproche,
    Esta demostración de la maestría,
    De Dios, que con magnífica ironía,
    Me dio a la vez los libros y la noche.

    Nobody should make light by tear or reproach,
    Of the mastery of God who,
    With excellent irony,
    Gave me at once the books and the night.

  3. 24/06/2005John says:

    Et le réalisateur du film, c’est Alex Cox – derrière le légendaire Repo Man; le reste de sa filmographie est plus inégale mais intéressante. Son site personnel vaut la visite, il regorge d’anecdotes et de détails sur ses films.

    http://www.alexcox.com/

  4. 26/06/2005François says:

    C’est vrai, j’avais completement oublié que c’était le réalisateur de repo man ! Merci pour le site.

Ecrire un commentaire:

%d bloggers like this: