Hannibal

Hannibal
Je viens de terminer la deuxième saison de Hannibal (et le réalisateur Bryan Fuller a signé pour une troisième) et la série s’est confirmée comme un bijou gothique. Alors que nous aurions pu avoir une banale série procédurière comme les chaînes américaines en produisent au kilo (dans la lignée des experts et autre NCIS), Hannibal a misé sur la surenchère esthétique et symbolique. Et c’est totalement assumé et réussi. Par rapport a certains critiques trouvant la série prétentieuse, Bryan Fuller dit : “I consider us an art show. I love that we are a pretentious art show. I love pretension and I love art. Under the Skin was my favorite movie of the year. I love to be as pretentious and arty as we can be.
I think Dario Argento is a big influence on the show, in terms of our production design. There is something so purple and operatic about what he has always done, particularly his use of colors and never being afraid of the garish and embracing that as part of his vocabulary. So, there is going to be a bit of Dario Argento there. There has been, and I think we’re going to continue to embrace that aesthetic.”
(Bryan Fuller).
Hannibalalanabloom
(Alana Bloom engloutie par les ténèbres, un clin d’oeil à “Under the skin” ?)
Les dialogues sont ciselés et remplis de références symboliques et philosophique qui font le délice de fans qui se font un plaisir de les décrypter et les analyser. Esthétiquement, la série est absolument splendide, avec des effet visuels, une construction au cordeau et une palette sombre incroyablement travaillés.
Il faut rajouter à cela un côté food porn incroyable. La série arrive à transformer des scènes où un serial killer cannibale prépare de la chair humaine en un show culinaire qui dépasse toutes les émissions de cuisine dont la télévision nous abreuve. Depuis le début de la série, je me délecte d’ailleurs du blog de Janice Poon, la préparatrice culinaire de la série, qui y détaille la création des incroyables montages qui composent les diners concoctés par Hannibal. La nourriture est au coeur de la série (les noms des épisodes des deux saisons sont des références à un diner à la française et à la japonaise) et les images de repas voudraient à elles seules de suivre la série.
Hannibalsupper
(L’agneau sacrificiel du dernier repas de la saison)
Rajoutez à tout cela une musique omniprésente, une bande son très travaillée et l’impression que toute la série n’est qu’un long rêve (ou cauchemar) éveillé et vous avez là un résultat assez unique.
Les acteurs sont excellents et tout particulièrement Mads Mikkelsen dont le visage de pierre et le jeu minéral remplacent à jamais Anthony Hopkins dans la représentation de Hannibal.
Définitivement, il ne s’agit pas d’une série qui va plaire à tout le monde mais si vous aimez les beaux objets, le voyage vaut la peine.
Quelques liens pour aller plus loin :

Saveur : eating well in Montreal

Sarahbecanmontreal
Dans le magazine Saveur, la dessinatrice Sarah Becan nous fait partager en BD une ballade découverte gastronomique de Montreal. Une ressource utile pour certaines personnes de ma connaissance qui iraient passer quelque temps à Montreal et pour ceux qui passeraient leur dire bonjour à l’occasion…

NYTimes.com : Journeys – In San Francisco Bars, a Cocktail Is Not Just a Drink

Comme suite à ce post de PopupMonster sur les cocktails, voici un article du NYT sur la culture des cocktails qui renaît à San Francisco. On y retrouve l’hyper-sophistication qui s’est développé dans le milieu du café.
(via Proof, un blog du NYT consacré à l’alcool)

cookshow

Au niveau des recettes de cuisines sur internet, je connaissais juste l’indispensable marmiton.org. Mais je viens de découvrir cookshow, une sorte de croisement entre marmiton et youtube : les utilisateurs se filment en train de préparer des recettes de cuisine. Le on ne peut plus classique format de la recette télévisée à la sauce web…

Cthulhu cake sur Flickr

Yum, yum une bonne tranche de Cthulhu…

nous sommes ce que nous mangeons

Voici l’un de ces articles qui confirment que la réalité dépasse quelquefois la fiction.
Je vous laisse découvrir Kaz Yamamoto, cuisinier japonais sortant d’un prestigieux cours de cuisine française, poursuivi au Japon après “accidentellement” tué un client avec du Fugu et qui, aujourd’hui, tient le restaurant itinérant “Le Menu“. Caractéristique de l’endroit ? Il y sert aux rich and famous des préparations audacieuses à base d’espèces animales et végétales protégées chassées par ses soins. Il propose également d’autres plats, plus extrêmes encore. Lisez l’article jusqu’au bout,… c’est incroyable. (via)
UPDATE Bon, après cinq secondes de recherches sur Internet, il s’avère que c’est un canular. J’y ai cru pendant dix bonnes minutes. Mais je suis bon public….

Masterton : blood, sex et marcassin

Une courte interview datant de 2001 de l’auteur fantastique Graham Masterton. Assez curieusement, il y parle de ses plats préférés et des ses aventures culinaires en Belgique. Curieux personnage que Masterton. Ancien rédacteur en chef de Penthouse, il écrit des titres d’horreur plutôt trash et écrivait des manuels de sexologie pour les couples. Et les deux ont eu autant de succès auprès de leurs publics respectifs… Plus d’infos sur son site.

Nir Adar

Nir Adar

Quelques images de créations artistico-culinaires du styliste alimentaire Nir Adar. Mmmh, des boulettes de Cthulhu….

eG Forums -> Basic Knife Skills

eG Forums -> Basic Knife Skills
. Sur le forum du magazine eGullet, un cours illustré des techniques de découpes de légumes au moyen de couteaux de cuisine. J’adore découper les légumes avec un bon couteau (cela fait partie de mes passions bizarres) et ce genre de tutorial. La technique de façonnage de champignons en bas de la page est tout particulièrement ésotérique.

Chou Romanesco

chou romanesco
Impressionnant, la photo ci-dessus n’est pas une image digitale de fractale sortie d’un clip techno des années 90’. C’est un détail d’un chou Romanesco. C’est la plus belle représentation naturelle d’un modèle fractal que j’ai vu a ce jour. J’ai du faire quelques recherches sur Internet pour me convaincre que ce n’était pas une manipulation digitale. Je trouve ça fantastique…